shakespeare le magnifique

‹Anecdote sur les sorcières (scène coupée)
Un homme rapporte qu’il avait perdu son membre et pour le récupérer il avait appelé une sorcière.
Elle ordonne à l’infirme de grimper sur un arbre et lui accorde, s’il le voulait, d’en prendre un dans un nid où il y en avait plusieurs.
Lui, ayant essayé d’en prendre un grand, la sorcière dit:
- Ne prends pas celui-là ; (ajoutant) il appartient à l’un des curés.›


de Eric Devanthéry
5 au 14 mai 2017
mardi-vendredi 20h & dimanche 17h /relâche samedi & lundi

Mise en scène & conception Eric Devanthéry

Avec

Rachel Gordy & Attilio Sandro Palese



Lumière Philippe Maeder
Costumes Valentine Savary & Angels costumiers Londres
Maquillage & perruques Katrine Zingg
Vol Jean-Claude Blaser (Scène Concept)
Photographie plateau Cédric Vincensini
Régie plateau Joaquim Lesquereux
Poursuite Basile Schlaubitz

D'après Will in the world de Stephen Greenblatt, Is Shakespeare dead? de Mark Twain, Shakespeare: The World as Stage de Bill Bryson, Shakespeare: a biography de Peter Ackroyd & les œuvres de Shakespeare

ANNE HATHAWAY –
Il existe une légende selon laquelle il gagne sa croûte en gardant des chevaux devant les théâtres de Londres, le matin et l’après-midi. Il l’a peut-être fait. Si c’est le cas, cela a sérieusement réduit le nombre d’heures consacré à l’étude du droit et le temps passé à flâner dans les tribunaux, à acquérir des connaissances sur la guerre, la soldatesque et les marins, leur jargon et leurs habitudes, ainsi que sur les pays étrangers et leurs langues. D’autant qu’à cette époque, il compose de grandes pièces et il a besoin de tout son temps.

BEN JONSON –
Il a peut-être fait tout cela, mais j’aimerais bien savoir qui gardait les chevaux pendant ce temps-là?

ANNE HATHAWAY –
Alors qui est vraiment William Shakespeare ? Un dinosaure.

Et les dinosaures, les enfants les aiment bien.



réservations 022 808 04 50

resa@pitoeff.ch